colori "Fauve" a olio XL

Lo stile "Fauve"

Tavola dei colori Huile XL

Alcuni colori della gamma Huile XL usati per quest'opera.

Il colore e l'odore dei Fauves

Colori e odori dei "Fauves"

Intervista esclusiva con Christian Lassalle, Storico dell'Arte e della pittura artistica.

... e soprattutto non perdere Il video sulla tecnica del fauvismo !

Les fauves sont un groupe de peintres qui entre 1903 et 1908 choisissent de peindre avec des couleurs pures ou crues, peu mélangées d’un geste nerveux par tâches. Les fauves suivent les impressionnistes et s’y opposent, et pour la plupart renoncent à la peinture pointilliste ou divisionniste scientifique de Georges Seurat. Molti seguaci degli impressionisti, i divisionisti così come i simbolisti, dipingevano nelle tonalità di blu o violetto, ed è contro questo stile evanescente che reagiscono i fauves ; sono espressionisti ancor prima che il termine esista. La loro pittura sembrò aggressiva a coloro che stavano appena iniziando ad abituarsi all'impressionismo, per non parlare di coloro che ancora rimanevano fedeli alla pittura convenzionale ; Per ciò vengono denigrati con il nome di « fauves » dalla maggior parte dei critici, che trasformano così quello che fu in origine uno scherzo innocuo. La critica paragona questi pittori a belve selvagge.

Chi sono questi pittori ?

Provengono da esperienze diverse, ma condividono la loro ammirazione per la pittura moderna di Van Gogh e Gauguin. Pour ce regroupement hétéroclite et éphémère qui n’a jamais eu de théorie, trois foyers principaux se distinguent :Le premier et le plus important est l’atelier de Gustave Moreau entre 1894 et 1898 avec Matisse, Marquet, Camoin, et un peu après Rouault , certains sont aussi passés par l’académie d’Eugène Carrière. Gustave Moreau recommandait de rechercher « l’imagination de la couleur…. » « la poursuite acharnée par la seule plastique de l’expression du sentiment intérieur ». L’influence de Moreau est telle que la critique a appelé ses élèves les « Moreaux » ou les « Gustavemoristes ». Le deuxième groupe est celui de la dite « école de Chatou ». En fait, 2 peintres Derain et Vlaminck qui se rencontrent à Chatou et échangent leurs découvertes des arts primitifs et leur admiration pour  Van Gogh et Gauguin. Derain qualifiera plus tard ce moment de « l’épreuve du feu » et "d'une charge de dynamite". Il abandonnera ce type d’expression au profit d’une peinture cézanienne plus suave. Vlaminck  farouche opposant à tout regroupement et à toute théorie se considèrera comme le dernier des Fauves ; Il considère Van Gogh comme son vrai père et peint souvent à même le tube. Le troisième groupe est appelé « les peintres du Havre », élèves à l’occasion du bon peintre Lhuillier : Friesz, Dufy e Braque. Friesz dira qu’il s’agissait alors "de donner l’équivalent de la lumière solaire par une technique faite d’orchestration colorée, de transposition passionnelle ayant pour point de départ l’émotion sur nature". Braque rejettera sa période Fauve car dit-il « on ne peut rester en permanence en état de crise » et il produira une peinture cézanienne qui donnera naissance au cubisme par ses échanges avec Picasso. Enfin plus tard on classera dans cette tendance le hollandais Van Dongen et on déterminera le rôle des précurseurs comme Chabaud, Seyssaud et Valtat.
Anche se questi pittori non accetteranno questa etichetta riduttiva, e tanto meno più tardi la qualifica ironica di « gabbia delle Belve », è importante prendere in considerazione l'importanza di questa parola significativa per comprenderne il successo. Essa esprime l'energia di questi pittori, paragonabile a quella degli animali ai quali si ispiravano per i colori, in un momento in cui le grandi Fauves sono cacciate in un contesto coloniale.

Per ulteriori informazioni su questo movimento, vedi l'articolo : "Che cosa significa essere Fauve agli inizi del XX secolo ?"